David Holland

Alors que nous enseignons aux gens de se discipliner afin de renouveler leur pensée et libérer ce que Dieu a déjà déposé dans leur esprit, tôt ou tard ils finiront par faire une réflexion du genre : “Mais, c’est si dur ...” , à vous de compléter les pointillés. Nous avons tous certainement eu cette pensée quand nous nous débattions pour appliquer les vérités de la Bible à nos propres attitudes et habitudes charnelles. Au moment où notre marche semblait difficile nous avons sans aucun doute laissé nos frustrations à celui qui s’en souciait assez pour l’écouter. Mais en fait si nous faisons cela, nous nous tirons dans les pieds. Ce n’est pas une chose intelligente à faire !

Rappelez-vous, comment vous avez reçu votre salut en Christ? Paul a écrit dans Romains : “Mais qu’est-il dit ? La Parole ... est près de toi, dans ta bouche et dans ton coeur ; c’est la Parole ... de la foi que nous prêchons”, (Rom. 10:8 Amp). Et ensuite il dit , “si tu confesses de ta bouche Jésus comme Seigneur et que tu croies dans ton coeur que Dieu l’a ressucité d’entre les morts, tu seras sauvé”. (Rom.10:9). Ces mots sont familiers mais où dans l’Ancien Testament Paul a-t-il pris cette référence ? J’ai vérifié et je l’ai trouvé dans Deutéronome 30:11 Amp. “Car ce commandement que je te commande aujourd’hui, n’est pas trop dur pour toi, et il n’est pas éloigné”. Le verset 14 “Mais la parole est très près de toi, dans ta bouche et dans ton coeur, pour la pratiquer”, (Deut; 30:14 Amp.).

Recevoir notre salut a été facile – nous avons cru l’évangile dans notre coeur et nous avons confessé de notre bouche que Jésus est Seigneur. Comme Moïse l’a écrit, le commandement pour être sauvé n’était pas trop difficile – nous pouvons proclamer et confesser notre foi de notre bouche. Nous sommes capables de le faire.

Alors pourquoi devrait-il être plus dur de vivre la vie chrétienne, que de recevoir le salut ? Paul écrit aux Colossiens : “Comme donc vous avez reçu le Christ Jésus, le Seigneur, marchez en lui”, (Col. 2:6). Comment avons-nous reçu le Seigneur ? “vous êtes sauvés par la grâce, par la foi et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu.”, (Eph. 2:8). L’amour abondant, non mérité de Dieu nous a été revélé en entendant le message de l’évangile que nous avons cru par la foi. Nos progrès dans notre nouvelle vie chrétienne devraient être similaires ... par grâce, par le moyen de la foi.

Quand vous êtes tentés de dire : “je passe par un moment dur” ou “c’est dur”, rappelez-vous de la provision de la grâce de Dieu – de la puissante habilité disponible en vous. Nous avons besoin “de préserver la Grâce de Dieu ... afin qu²’aucune racine de ressentiment (rancoeur, amertume ou haîne) bourgeonne et cause le trouble et toument amer et que plusieurs soient contaminés et souillés par elle”, (Héb. 12:15 Amp.). Si nous nous plaignons de ce que nous endurons, que cela est trop dur pour nous, nous courons le risque de devenir amers et l’amertume attristera le Saint Esprit, (Eph. 4:30,31) et bloquera l’onction qui devrait couler dans notre vie.

Paul a eu des moments très durs dans sa vie – il a été battu, a fait naufrage, a été laissé pour mort etc.,(2 Cor. 11:24-28). Maglré ces terribles épreuves, il les a appelées “légère tribulation d’un moment”, (2 Cor. 4:17), il n’a pas grommelé, n’a pas murmuré et n’a pas adopté une mentalité de victime – il a appelé cela une légère tribulation. Peut-être avait-il à la pensée les paroles précieuses de Jésus “Venez à moi vous tous qui vous fatiguez et qui êtes chargés, et moi, je vous donnerai du repos. Prenez mon joug sur vous, et apprenez de moi, car je suis débonnaire et humble de coeur ; et vous trouverez le repos de vos âmes. Car mon joug est aisé et mon fardeau est léger.” (Math. 11:28-30).

Le joug de Jésus est léger. Ce qu’Il nous appelle à faire, Il nous donne la grâce en abondance pour l’accomplir. Alors cela devrait être aisément réalisable, avec plaisir et grande joie. C’est seulement une question de perspective, la manière dont nous voyons les choses. Jésus Christ est Celui qui a eu des moments difficiles – Il a porté nos péchés et nos maladies – Il est devenu péché pour nous, (2 Cor. 5:21). Nous n’avons pas encore résisté et combattu au point de verser notre (propre) sang, (Héb.12:4 Amp).

La prochaine partie de notre entraînement disciplinaire sera d’éliminer de notre vocabulaire ces murmures relatant ces écueils pénibles que nous rencontrons et de les remplacer avec des louanges pour Le remercier de Sa provision, Sa fidélité quotidienne, Sa miséricorde et Sa grâce..